Vous êtes ici: Accueil » Témoignages de volontaires » Témoignage d’Iban, volontaire dans les Andes péruviennes

Témoignage d’Iban, volontaire dans les Andes péruviennes

Un autre défi de ma mission de volontaire : rompre l’isolement ?

©Erguy_INIGO_9 Lorsque INIGO m’a proposé d’aller à Ocongate et Marcapata, j’ai tout de suite regardé les photos… Et je me suis dit : « c’est magnifique, c’est là où je dois aller ! ». Je me suis vite rendu compte que, même si les paysages étaient magnifiques, ces terres andines semblaient bien isolées. En effet, les différentes activités sociales et pastorales auxquelles je contribue se situent à plus de 3700 mètres d’altitude et à 2 heures de route de Cusco.

©Erguy_INIGO_2

Ces activités développées par les Jésuites depuis plus de 40 ans dans la zone du Quispicanchi ont justement pour objectif de rompre l’isolement des habitants des communautés, parfois situées à plus de 2 heures de piste du centre du village : par la rencontre au sein même des communautés ou lorsque ces habitants descendent au village. Cela me permet de relativiser sur mon isolement et de me rendre compte qu’il y a plus isolé.

Mais rompre l’isolement doit-il être un objectif ? Le but n’est-il pas au contraire de profiter de cette période de changement et d’éloignement pour mieux retourner aux racines de sa Foi et aller à la rencontre de l’Autre, de Dieu ?

La prière fait partie du socle de ma mission : prier pour sa mission, prier pour les autres, prier aux intentions du monde et, surtout, prier en communion avec les personnes qui me tiennent à cœur : je ressens une joie profonde lorsqu’un ami ou un membre de la famille exprime être en union de prière. La mission permet d’avoir le temps pour la prière, ce qui n’est pas forcément le cas dans la vie ordinaire où l’on vit à 100 à l’heure…

La vie de volontaire dans les montagnes permet aussi de profiter de moments de calme, dans la contemplation de la nature. Il est vrai qu’il m’est donné de pouvoir exercer ma mission et me déplacer voire me « balader » entre montagnes (Apus), alpagas et lamas… Quelle joie de contempler les merveilles de la Création !

©Erguy_INIGO_6©Erguy_INIGO_5 ©Erguy_INIGO_1

Mon volontariat dans les Andes péruviennes me permet également de ressentir de façon encore plus intense la présence de Dieu par l’Esprit, au sein des communautés que nous visitons, plus particulièrement dans les chapelles de ces communautés : le toit est en chaume, les murs en boue séchée, le sol en terre battue et l’éclairage intérieur est absent.

©Erguy_INIGO_7 ©Erguy_INIGO_4 ©Erguy_INIGO_3

Rien de plus simple, de plus humble pour rendre grâce à Dieu, célébrer les sacrements avec les membres de la communauté, souvent pauvres mais exprimant une joie profonde et sincère, virant parfois à l’amitié.

Enfin le « plus » de mon volontariat est incontestablement la vie avec les Jésuites de la communauté d’Urcos. Leurs expériences, leur présence dans la province du Quispicanchi et l’accompagnement qu’ils prodiguent me confortent encore plus dans ma Foi et dans mon enracinement de chrétien, telle que le disait, reprenant l’apôtre Paul, la devise des JMJ de Madrid (2011) : « Enracinés et fondés en Christ, affermis dans la foi » (Col 2, 7).

Tags: , , ,

© 2014 INIGO: Service Jésuite du Volontariat International. Tous droits réservés.
Site réalisé par Emilio PALOMINO. Propulsé par WordPress.

Slider by webdesign