Vous êtes ici: Accueil » Témoignages de volontaires » Témoignage d’Edouard, volontaire Inigo en Uruguay

Témoignage d’Edouard, volontaire Inigo en Uruguay

Je m’appelle Edouard, j’ai 23 ans et depuis février, je travaille comme animateur de la pastorale au collège San Javier de Tacuarembó, en Uruguay. Cela fait donc déjà 10 mois que je suis en totale immersion dans cette petite ville de l’intérieur, loin du stress de la capitale et en pleine nature. Un bon moyen de vivre pleinement ma mission, au pays des cow-boys de la pampa, les Gauchos.

 

Mon travail au collège est principalement orienté vers la pastorale et l’animation des groupes de jeunes du collège. Les collèges jésuites proposent, en effet, une formation intégrale ; la dimension religieuse pénètre tous les aspects de l’éducation ; les élèves sont préparés à vivre activement leur foi, particulièrement, en apprenant à se mettre au service des plus pauvres.

Pastorale

Au collège San Javier, les Horneros (13-15 ans) et les Castors (15-18 ans) sont invités, chaque samedi, pour une demi-journée, à vivre cette expérience. Les deux mouvements sont très similaires, centrés autour de trois piliers ; la vie en communauté, la prière et le service. Les adolescents découvrent d’autres réalités et connaissent une expérience de travail solidaire. Chaque fin de semaine, nous nous réunissions pour partager un moment de réunion, de prière et de travail. Les jeunes sortent travailler au service des plus nécessiteux, en organisant des animations pour des enfants, en aidant à construire des maisons ou en visitant des familles.

C’est toujours très impressionnant de voir, chaque samedi, comment ces petits castors sont attendus dans les quartiers les plus humbles de Tacuarembó ; les enfants patientent sur le pas de leur porte pour participer aux jeux de rondes et leurs parents, retroussent leurs manches pour commencer à monter les murs de leurs futures maisons. Et à chaque fois, une nouvelle dynamique s’installe dans le quartier. Avec des moyens très simples, quelques seaux de ciment et un peu d’eau, ces jeunes réalisent des miracles. Ils prennent conscience que l’on peut changer le monde, ici et maintenant, en donnant à peine deux heures par semaine. Ils participent à la construction d’un monde meilleur. Alors, oui, bien sûr, ils ont conscience que ce n’est qu’une goutte d’eau, mais ils apprennent et me font voir que chacun, à sa manière, peut aider son prochain.

Après chaque service, les jeunes partagent leurs sentiments : injustice, impatience, tristesse, joie mais également les dons qu’ils reçoivent chaque week-end. En les accompagnant, j’apprends à donner sans compter et à me mettre au service de l’autre, à vivre mon volontariat pleinement. Et du coup, je reviens avec une belle question, comment vivre cet appel à servir à mon retour en France ? Tout un programme.

Tags: , , , ,

© 2014 INIGO: Service Jésuite du Volontariat International. Tous droits réservés.
Site réalisé par Emilio PALOMINO. Propulsé par WordPress.

Slider by webdesign